Accueil » Accueil » Publication de notre rapport Biodiversité au Plan Bâtiment Durable

Publication de notre rapport Biodiversité au Plan Bâtiment Durable

Notre rapport « Bâtiment et Biodiversité » vient d’être publié par le Plan Bâtiment Durable.

C’est en décembre 2014 que Philippe Pelletier nous a chargés, Yves Dieulesaint (Gecina), Thibaud Gagneux (Poste Immo / Synergiz) et moi-même, de co-piloter un groupe de travail chargé d’étudier la question des enjeux et des interactions entre la biodiversité et le bâtiment durable.

Notre enquête 2014 sur la ville de demain et nos nombreux travaux sur la ville végétalisée (cahier, conférence, etc.) avaient notamment souligné l’importance du rôle de la végétalisation dans l’attractivité des villes auprès des jeunes générations, mais également de l’influence de la végétalisation dans la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique.

En effet, la transition écologique conduit à faire émerger la biodiversité comme un sujet à part entière participant à l’élaboration du bâtiment de demain et une plus grande qualité de vie urbaine. De nombreux travaux et initiatives sur ce thème sont déjà entrepris mais très divers et épars, ils sont trop souvent méconnus.

L’objet de notre groupe de travail a été d’auditionner et de collaborer avec de noimbreuses institutions (CDC Biodoversité, NatureParis, LPO, Elan, Bouygues, Icade, Nexity, Gondwana, Astrance, Ville de Paris, Museum d’histoire naturelle, Feuille de ville, etc.).

La biodiversité, les grands enjeux à l’échelle de la ville et du bâtiment durable
La biodiversité, définie aujourd’hui comme « la totalité des êtres vivants en interactions, y compris les micro-organismes et les services rendus par les écosystèmes » constitue le fondement de la vie et est porteuse d’enjeux planétaires majeurs. .

La France possède une biodiversité exceptionnelle et est l’un des pays de l’Union Européenne présentant les écosystèmes les plus variés. Mais ce patrimoine, et plus largement, la biodiversité sont menacés du fait de la disparition ou de la fragmentation des habitats, des pollutions diverses, du changement climatique, de l’introduction des espèces invasives ou encore de la surexploitation des ressources. Cependant il est marquant de constater que, malgré ses impacts économiques significatifs,  la prise de conscience de l’érosion de la biodiversité est très faible, tant par les citoyens, que par les acteurs de la ville et du bâtiment.

Biodiversité, ville et bâtiments : quelles interactions ?
En 2050, on estime à 75 % la part de la population qui vivra dans les villes pour une empreinte écologique de nos modes de vie de plus en plus grande. Depuis longtemps déjà, un rapport est établi entre ville et biodiversité. La nature en ville est source de bien être et de lien social, source de bénéfices pour la ville, ses habitants comme source de valorisation pour le bâtiment.

Les activités de l’immobilier et de la construction dépendent de la biodiversité et sont également responsable de sa dégradation à travers de multiples impacts directs, comme indirects. L’extraction et la fabrication des matériaux engagent, par exemple, une responsabilité élargie de la filière et ont favorisé le développement du concept de « biodiversité grise » par analogie avec le concept d’« énergie grise ». Ainsi, « la biodiversité grise », « l’empreinte biodiversité », se comprend comme le cumul des impacts (positifs comme négatifs) sur les écosystèmes et la biodiversité, de l’ensemble du cycle de vie d’un matériau ou d’un produit.

La biodiversité, un sujet complexe, emergent et encore trop peu appréhendé par la filière Bâtiment

Les parties prenantes de la filière bâtiment et immobilier font encore preuve d’une grande méconnaissance de ce sujet, notamment du fait de freins culturels et idéologiques. Dès lors, la biodiversité n’est pas prise en compte dans les services économiques, les apports des services écosystémiques ne sont pas valorisés et le secteur d’activité peu considéré et soutenu. Du point de vue de la réglementation, la biodiversité n’est pas un sujet nouveau mais, encore trop souvent traitée dans un esprit de préservation, elle est plutôt ressentie comme une contrainte par les acteurs qui conçoivent et fabriquent la ville.

20 propositions pour reconnaître et se réapproprier la biodiversité au service du bâtiment durable 

Ces propositions sont formulées autour de deux leviers d’actions :
1. La (re)connaissance et valorisation économique des fonctions, dépendances et
bénéfices de la biodiversité ;
2. La (ré)appropriation de la biodiversité urbaine comme un élément clef des processus de décisions et d’actions des acteurs de la ville.

Télécharger le rapport final

 

 

TwitterIN

Le Blog d’Ingrid NAPPI-CHOULET

Bienvenue sur mon blog pédagogique qui parle Villes, Territoires, Immobilier en relation avec le Management des entreprises et les problématiques de la Finance d’aujourd’hui, sans oublier l’Histoire

Pour suivre mon blog saisissez votre adresse email.

Catégories :

%d blogueurs aiment cette page :